Un projet pour diminuer l'utilisation de Polyethylene terephthalate (PET)

Le plastique a une durée de vie illimitée et pourtant un tiers de sa production n'est utilisé qu'une seule fois avant d'être jeté. Les 1,6 milliards de bouteilles en PET (Polyethylene terephthalate) mises en circulation annuellement sont à elles seules responsables de l'émission de 125'000 tonnes de CO2 chaque année en Suisse.

La Suisse a un système de recyclage et de valorisation du PET performant, puisque près de 83% de ce matériau est recyclé. Malgré tout, ce système requiert de l'énergie et le fait de récolter, trier et réutiliser le PET est coûteux, tant sur le plan environnemental qu'économique. Si le pourcentage de PET recyclé est resté stable entre 2000 et 2014, sa quantité a quant à elle augmenté de 65%, montrant une forte augmentation de son utilisation.

D'après le service STEPS de l'Université de Genève (UNIGE), en 2013 plus de 900 kg de PET ont été récupérés dans l'ensemble des poubelles du campus. Ce sont ces déchets que nous souhaitons fortement réduire en diminuant drastiquement la consommation d'eau et des autres boissons embouteillées en PET. L'accès à l'eau est aisé et gratuit sur l'ensemble du campus de l'UNIGE (robinets en salles de cours, toilettes...). Par ailleurs, l'eau de Genève est aussi riche en sels minéraux que la plupart des eaux en bouteilles, ce qui en fait une eau de qualité.

L'objectif de notre projet est de bannir la vente d'eau embouteillée sur l'ensemble des bâtiments du campus de l'UNIGE, que ce soit dans les distributeurs de boissons automatiques ou encore dans les restaurants et cafétérias universitaires. Ce projet s'accorde avec la volonté de l'Université de Genève de réduire son impact sur l'environnement ; il s'inscrit dans la lignée de projets en cours comme "UNIGE responsable, place au réutilisable", qui propose de la vaisselle réutilisable pour les plats et boissons à l'emporter, et aussi l'installation de fontaines à eau par le Service de développement durable de l'université (d'abord dans le bâtiment d'UniMail, puis dans tous les bâtiments du campus).

Le changement de comportement des consommateurs-trices est également un objectif mis en avant par notre projet. En effet, par le biais de campagnes de sensibilisation et grâce à une potentielle collaboration avec les Services industriels de Genève (SIG) – qui à travers leur communication active sur l'eau contribuent de façon prépondérante au succès du projet – nous souhaitons que la communauté étudiante prenne conscience de l'impact que peut avoir sa consommation d'eau. Mais il faut également prendre en compte notre façon de consommer en général, aussi nous agissons de concert avec des projets en faveur d'un développement plus durable, afin que les étudiant-e-s deviennent de véritables consom'acteurs-trices.

Théo Martin

Théo Martin

Théo Martin est étudiant en master à l'Institut des sciences de l'environnement, spécialisé en biodiversité. Il est architecte paysagiste HES et assistant de recherche du prof. Markus Stoffel au sein de l'équipe de recherche Dendrolab. Il est depuis longtemps porté sur les questions en lien avec l'environnement et sa préservation.

Inès Ratsimalahelo

Inès Ratsimalahelo

Inès Ratsimalahelo est étudiante en master à l'Institut des sciences de l'environnement, spécialisée en développement durable et urbanisation. Après un Bachelor en biologie orienté en écologie et conservation à l'Université de Neuchâtel, elle travaille actuellement pour son mémoire de master sur l'impact de l'aménagement des villages olympiques sur la biodiversité en ville. Dans le cadre d'un certificat en géomatique elle travaille également sur les indicateurs environnementaux suisses.

Loïc Tronchin

Loïc Tronchin

Loïc Tronchin est étudiant en master à l'Institut des sciences de l'environnement, spécialisé en énergie. Après un Bachelor en gestion d'entreprise à la HEG de Genève, il s'intéresse pour son mémoire de master aux effets saisonniers des économies d'énergie dans le secteur électrique. Dans le cadre d'un certificat en géomatique il travaille sur les indicateurs environnementaux suisses.

Partager cet article

Nous vous suggérons